01 – LIER TOUT CE QUI POUVAIT L’ETRE

Avanne-Aveney

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre Avanne et Aveney, il est inconvenant d’oublier le trait d’union. Lorsque la parole fut donnée de lier tout ce qui pouvait l’être, nul n’imaginait qu’après l’invention d’une passerelle se jouant du Doubs tonitruant, il y aurait cette étonnante place-jardin-fontaine. La question se posait sur le devenir des bâtiments du plateau sportif.
Aujourd’hui, il vous faut saluer le bâtiment d’un plateau sportif, un maillon manquant, impeccable d’élégance naturelle dans sa vague durablement déployée.
 

02 – PLATEAU SPORTIF AVANNE-AVENEY 2012

LES ANCIENS BÂTIMENTS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les anciens bâtiments, autrefois fondés sur des limons et déblais, ont été construits avec des matériaux aujourd’hui proscrits (Amiante, peinture au plomb …). Ces nouvelles constructions nous ont permis d’assainir ces lieux.

Les moyens mis en oeuvre pour ce faire ont dû être la déconstruction de l’ensemble des anciens bâtiments avec tri des matériaux et purge de la digue afin de revenir sur un sol structurant.Les choix techniques ont été de restructurer le sol par couches successives de tout-venant de différentes granulométries (De 300 mm à 3 cm d’épaisseur) et de s’encrer sur cette surface compactée par fondation ordinaire.

L’ensemble de cette digue substituée est enveloppé d’un bidime (tissu perméable) laissant passer l’eau et filtrant les boues polluantes engendrées par les crues. Ces travaux ont également permis de séparer les eaux de pluie et les eaux vannes et de se raccorder au réseau.

 

 

 

03 – CONCEPT ARCHITECTURAL

Il fallait atténuer les barrières visuelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment recréer des bâtiments sportifs aux emplacements existant tout en améliorant la qualité paysagère du site et en respectant toutes les contraintes réglementaires (PPRI Plan de protection des risques d’inondations – Site classé Bâtiments de France – Réglementation plan local d’urbanisme – Accessibilité – Sécurité)?
Il fallait atténuer les barrières visuelles. Coûte que coûte ouvrir la vue, ouvrir le passage, donner place aux lumières traversantes et à nouveau annoncer les maisons pittoresques et plus loin la venue des vallons.

 

 

 

 

 

04 – MATÉRIALITÉ

UNE RÉINTERPRÉTATION DU MILIEU NATUREL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le choix de cette architecture vient tout d’abord du lieu et avant tout de la rivière nommée le Doubs. En effet ce projet est une réinterprétation du milieu naturel évoqué, les roseaux (les piliers), le ruissellement de l’eau (la vague). Cette vague permet une transparence sur le fond, c’est à dire l’arrière du village avec ses maisons traditionnelles d’exception.

Avant de choisir la solution exposée ci-dessous, des études comparatives ont été faites entre la solution PAC (Pompe à chaleur) et un système simple chaudière condensation gaz. Le système PAC aurait pu paraître plus économique sur sa consommation. Les deux bâtiments séparés entrainaient de grandes déperditions, le prix du système très onéreux et les entretiens réguliers et coûteux nous ont conduits à choisir un système simple et raisonné. Ces bâtiments ont été réalisés selon la réglementation thermique en vigueur.

La particularité de ces constructions est la réalisation de pré-murs en béton armé isolé assurant une protection mécanique intérieure et extérieure parfaite. L’isolant en laine de roche compactée d’une épaisseur de 160 mm est pris en sandwich. L’isolation au sol et au plafond a été renforcée et soignée. 

De cette manière, nous avons pu assurer une continuité thermique de l’enveloppe. Les murs en béton apportent aux bâtiments une forte inertie évitant les chocs thermiques et régulant les apports de chaleur, améliorant ainsi considérablement le confort des occupants.

Toutes les menuiseries extérieures ont été réalisées pour des raisons de sécurité en acier galvanisé thermo-laqué à rupture de pont thermique. Le double-vitrage utilisé est à très faible émissivité. La majorité des éclairements a été réalisée en sources fluorescentes, divisant la consommation par 4 par rapport à une énergie incandescente. Ces ensembles sont pour la plupart sur minuterie ou par détection de présence. Un système de ventilation double flux garantit un air sain, renouvelé régulièrement grâce à la récupération des calories. Le système de chauffage réalisé par des chaudières à condensation alimente un chauffage au sol à très basse température qui optimise la consommation du combustible. Chaque bâtiment bénéficie de ce système, indépendamment l’un de l’autre. Cela permet d’avoir une grande souplesse d’utilisation.

Les pré-murs préfabriqués en usine, système novateur, sont constitués en béton matricé. La construction des bâtiments réalisée en panneaux sandwich en béton préfabriqué isolé, par module de 2,50 mètres par 4 mètres de haut constistuent l’enveloppe intérieure et extérieure du bâtiment.
Ces deux bâtiments sont reliés par un toit terrasse en dalles préfabriquées. Cet ensemble est étanché en toiture par des membranes PVC isolées et les murs par une résine incolore « anti-tags ».
La charpente représentant une vague est constituée de profils acier reconstitués soudés en continu. Le choix technique de reconstituer les deux poutres porteuses a été fait par rapport à des IPN ordinaires qui auraient été courbés en machine pour assurer une continuité parfaite des courbes.

La stabilité des ces ossatures est assurée par des tubes que nous appellerons « contreventements » et qui ont été fixés aux centres des dalles de toiture afin d’assurer cette légèreté visuelle de la structure.

Cette ligne de toiture développée représente 125 mètres linéaires. Cet ensemble acier a été entièrement assemblé en usine afin de le galvaniser et d’éviter toutes interventions de fabrication sur site.
Cette structure soutient 103 poutres en lamellé-collé Mélèze d’une section de 10 cm x 24 cm représentant 25 m3 de bois. Cette essence de bois a été choisie par rapport à ses caractéristiques techniques : Il ne s’entretient pas et il grisera dans le temps.

 

 

05 – UN DÉFI HUMAIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce bâtiment réinterprète l’espace tout proche. Il mêle les chaînes explicatives. Ici, le penché retient le droit, le béton matricé annonce l’onde sinusoïdale d’un bois lamellé collé mélèze, la structure en acier galvanisé nomme l’habilité des hommes à répondre à la morsure du temps. 
Ici, l’on pourrait bien se jouer des vertus de l’intransigeance et des forces du compromis. D’ici, toute perspective devient subtile et émouvante. 

 

05-8

05-8

05
05-7

05-7

05
05-6

05-6

05
05-5

05-5

05
05-4

05-4

05
05-3

05-3

05
05-2

05-2

05
05-1

05-1

05

 

 

06 – LA STRUCTURE PREND VIE

IL FALLAIT LIER TOUT CE QUI POUVAIT L’ÊTRE. LIER TOUT CE QUI DEVAIT L’ÊTRE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 500 MÈTRES LINÉAIRES DE SOUDURE ÉXÉCUTÉS À LA MAIN
  • STRUCTURE ACIER DE 7200 KG
  • 103 POUTRES LAMELLÉ-COLLÉ MÉLÈZE
  • 10 MOIS DE CHANTIER
  • 7 BUREAUX D’ÉTUDES
  • 17 ENTREPRISES DE QUALITÉ

 

 

 

 

07 – AUJOURD’HUI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peut-être se laisser envahir par le désarroi, le temps de se rappeler que toute lumière nécessairement apporte sa part d’ombre.

Il fallait lier tout ce qui pouvait l’être. Lier tout ce qui devait l’être.

Pierre-Marie Machurey – Machurey Groupe Architectes 

 

08 – DEMAIN

 

 

 

 

 

 

 

 

comp

 

 

Un complément à la structure bois et métal sera apporté pour abriter du soleil et de la pluie. L’abri solaire sera réalisé par modules de solivettes espacés entre les poutres porteuses déjà présentes, de façon aléatoire. Cette distribution permettra de créer des ilots ombragés où chaque utilisateur pourra trouver son confort.
L’abri de la pluie : Deux grandes voiles seront tendues horizontalement, découpées à la forme d’une feuille de roseau (Triangulaire). Cet abri sera temporel, il se déploiera à la demande de l’usager par un système de treuils fixés sur des câbles à la manière d’une voile de bateau que l’on hisse.

 

Nous Contacter